Réserviste de la CIMOR en Afghanistan – Des compétences civiles en première ligne

Président du comité de médecine opérationnelle, Dominique DI DUCA infirmier urgentiste termine déjà un second tour à KUNDUZ avec les équipes belges en OMLT (operational mentoring and liaison team).

Quoi de plus normal que de consacrer quelques temps à accompagner les collègues fantassins du cadre de carrière dans les missions OMLT lorsque cela est nécessaire et possible surtout lorsque les compétences civiles peuvent y être mise à profit. De plus, aller à la rencontre des autres est une plus-value incontestable et les contacts réguliers au niveau international par les divers congrès CIOR-CIOMR facilitent grandement les relations avec les collègues des autres nations. Un autre réserviste belge (CIOR-Milcomp) fait aussi partie du détachement en tant qu’officier de liaison.

Que fait un infirmier déployé là-bas ? Assurer 24Hr/24, avec le médecin et les ambulanciers, les soins de première ligne au quotidien à l’intérieur du camp. En cas de mascal, nous renforçons les collègues de l’hôpital managé par les équipes médicales allemandes et américaines. Lorsque les missions ont lieu, il accompagne les teams, soit en ambulance soit embarqué dans les véhicules blindés. Destiné avant tout à l’appui médical national, il est parfois nécessaire d’intervenir aussi au profit des militaires afghans que nous accompagnons. Les relations sont facilitées par la présence d’un traducteur.

Quand la situation le permet, de petites formations spécifiques sont organisées au profit des alter-ego afghans. Par moments nous organisons des sessions TCCC pour les pelotons que nous accompagnons. Certaines techniques de prise en charge exposées lors des divers congrès sont même parfois mises en pratique ici.

Le milieu est assez inhospitalier, le danger est partout, le climat très variable mais ceci n’efface en rien notre détermination envers une population malgré tout assez accueillante. Les prochaines missions se profilent déjà à l’horizon.